La bronchiolite est une maladie respiratoire virale due au VRS (virus respiratoire syncitial), fréquente chez les nourrissons et les jeunes enfants. D’après la haute autorité de santé, cette infection virale touche environ 480000 enfants par an, ce qui correspond à 30% des enfants de moins de 2 ans. Souvent bénigne, elle survient principalement durant la période hivernale, mais peut se révéler plus grave dans certains cas. La bronchiolite débute par un simple rhume (nez bouché ou nez qui coule) et l’enfant tousse un peu. Puis la toux est plus fréquente, la respiration peut devenir sifflante et plus rapide. L’enfant peut être gêné pour respirer et avoir du mal à manger et à dormir. Il peut présenter une légère fièvre.

Cette année l’épidémie de bronchiolite s’installe rapidement en France et plus précocement qu’à l’accoutumée. 

En cas de bronchiolite, le rôle de la kinésithérapie est primordial : elle permet d’éviter le recours non essentiel aux urgences voire à une hospitalisation. Le kinésithérapeute intervient auprès des nourrissons par l’auscultation pulmonaire, l’évaluation, la surveillance des signes de gravité et la réorientation vers le médecin ou vers les urgences si nécessaire. Il joue un rôle clé dans le désencombrement bronchique, dans l’apprentissage du mouchage et des signes de surveillance auprès des parents, ainsi que dans le conseil de l’alimentation, du couchage et des règles d’hygiène.

D’octobre à mars, le réseau KRB 87 (kiné respiratoire bébé Haute-Vienne), en partenariat avec l’ARS, s’active pour prendre en charge les nourrissons atteints de bronchiolite les weekends et jours fériés. Le but de ces gardes est d’assurer une prise en charge kinésithérapique continue des enfants les jours ou les cabinets sont fermés. Un masseur-kinésithérapeute est d’astreinte pour assurer la continuité des soins d’un confrère, pour assurer une prise en charge à la suite d’une hospitalisation ou pour éviter le recours aux urgences voire à une hospitalisation. Ces jours-là, il suffit de contacter le centre 15 qui contactera le kinésithérapeute de garde.  

En cette période de recrudescence d’épidémie hivernale, il est bon de rappeler le rôle essentiel des gestes barrières, du lavage des mains et du port du masque quand on est enrhumé.