Communiqué de presse des services de la Préfecture :

La préfecture de la Haute-Vienne organisera jeudi 12 décembre de 9h à 14h un exercice de sécurité civile simulant la rupture du barrage Saint-Marc situé à Saint-Martin Terressus. Au cours de cet exercice les sirènes d’alerte seront déclenchées. La préfecture informe les habitants des communes dans lesquelles ces sirènes vont retentir afin d’éviter tout risque de panique.

L’exercice a pour objectif de tester la mise en œuvre du Plan particulier d’intervention (PPI) du barrage Saint-Marc.

Le plan particulier d’intervention du barrage définit trois phases d’alerte dans le but de prévenir et de sauvegarder les populations situées en aval du barrage :

  • état de vigilance renforcée : les prévisions font craindre une rupture possible dans 10 heures
  • état de préoccupations sérieuses : rupture possible du barrage dans 3 heures
  • état de péril imminent : l’exploitant ne peut plus garantir la stabilité du barrage, rupture possible à tout moment. Les sirènes d’alerte SAIP sont déclenchées lors de cette phase.

Pour chacun de ces stades, le PPI prévoit des mesures d’information, de protection et d’évacuation des populations. Les messages d’information adaptés à chaque situation, contiennent des consignes de comportement à suivre pour éviter les réactions de panique et le désordre qui peut en résulter.

Ces différentes phases permettent d’anticiper les secours et d’organiser les mesures d’évacuation.

Au cours de l’exercice du 12 décembre, les sirènes d’alerte seront déclenchées dans les communes suivantes : Saint-Priest Taurion, Panazol, Limoges, Isle, Bosmie-l’Aiguille, Aixe-sur-Vienne et Saint-Junien. La population sur ces communes et aux alentours est donc invitée à ne surtout pas paniquer et à ne pas propager de fausses informations sur les réseaux sociaux.

Cette simulation relève bien d’un exercice de sécurité civile et ne témoigne pas de l’existence d’un risque particulier lié au barrage Saint-Marc. La réalisation d’exercices de ce type a pour objet de renforcer l’efficacité des dispositifs face aux risques que représente un ouvrage hydraulique en cas de rupture et d’apporter des informations à la population sur les consignes comportementales à adopter.